TDM tandem

TDM tandem

Du 6 au 13 octobre 2014 : Le triangle d'or indien

Nous atteignons Delhi en bus depuis Bahal, où nous avons laissé le vélo dans une « rest house ». Il nous aura fallu 6h de bus pour parcourir environ 200 km! Les moyennes kilométriques rendent fou Laurent qui les compare à celle de la France. C’est sûr que l’autoroute du Sud n’a rien à envier aux « highways » locales exceptés le folklore et les couleurs des vêtements féminins. Toutefois, cette journée se passe bien car nous avons un très gentil guide nommé Rahul qui s’occupe de tout : tickets de bus, petit déj, plan de métro, … Nous rejoignons sans mal Géraldine et Praveen qui nous attendent à la sortie du métro. Ils nous ont fait découvrir dès le premier soir que la cuisine Indienne ne se résumait pas aux « Rice and Dhal » pas toujours fameux des petits bouibouis de campagne. Nous goûtons grâce à eux à de nombreuses spécialités. Les repas originaires de l’Inde du Sud étaient notamment excellents. Nous sommes conquis et par la suite nous testerons dès que possible de nouveaux plats.

 

Le lendemain, nous avons commencé par visiter le lotus temple. Il s’agit d’un bâtiment ouvert à toutes les religions pour que les gens puissent y prier et y méditer. Il est blanc et, comme son nom l’indique, en forme de lotus. Nous sommes allés aux temples hindous Iskon à proximité. Dans ce temple en l’honneur de Krisna et d’une réincarnation (celle qui a une tête de lion et qui mange les entrailles d’un roi), on peut y voir des femmes qui fabriquent les colliers en fleurs naturelles servant d’offrande ou de décoration pour les cérémonies. On nous répète sans cesse les noms des dieux ou assimilés mais certains ne veulent malheureusement pas rentrer. Je m’améliore mais ne suis pas encore au point avec l’hindouisme qui reste une religion très très complexe.

 

DSC02018.JPG

Le lotus temple

 

DSC02028.JPG

Fabrication de colliers de fleurs

 

Les transports utilisés en ville sont nouveaux pour nous car ce sont les Rickshas (ou rickshaws), petites mobylettes couvertes jaunes et noires à trois roues qui « se faufilent de partout même où ils ne passent pas ». Une nouvelle opportunité de nous exercer à l’art de la négociation, incontournable ici. Nous visitons à midi avec Praveen, le site classé de Qutab Minar. Ancien site mêlant style « perse » et style hindou. Au milieu du parc, une tour symbole du site s’élève à coté de petits mausolées et de mosquées. Nous avons trouvé très sympathique ce style de bâtiment que j’apprécie tout particulièrement.

 

DSC02048.JPG

Praveen notre super guide


DSC02050.JPG

Qutab Minar (tour du site)


DSC02069.JPG

Colonnes d'un ancien temple hindou

 

Après le sud de la capitale, nous avons visité le vieux Delhi situé au nord de la ville. Quartier aux milles scènes de vie que nous trouvons tour à tour belles, sales, puantes, intrigantes, rigolotes, … Ce sont des sources de prises de vue incroyables. La zone la plus marquante est le quartier des « bouchers ». L’odeur y est dérangeante et les entrailles de chèvres laissées à l’abandon au bord de la rue se font dévorer par des milliers de mouches entre deux motos. Les chèvres en attente d’être charcutées ont les panses vertes et gonflées. Les futurs bouts de « muttons » à manger attendent sagement à l’air libre sur une table donnant sur la rue où l’on construit les rigoles pour le « tout à l’égout ». (Déformation professionnelle)

 

DSC02135.JPG

DSC02141.JPG

 

DSC02156.JPG

 

Nous y découvrons aussi les premiers « éboueurs » indiens que nous reverrons plus tard à Agra et à Bikaner. Le travail consiste à ramasser les ordures et les mettre dans une petite charrette à roulettes qui arpente les rues étroites. Jusqu’à là je pense que vous me suivez, mais après on peut leur tirer notre chapeau parce que ça se corse. Ils travaillent pied nus ou en tongues au milieu des flaques d’eau stagnante et mains nues. Ils récupèrent les amas de détritus mouillés, jetés, et souillés dans les caniveaux où de l’eau trouble de « je ne sais où » (ou si je sais, mais je ne préfère pas vous dire) circule en fonction des sources en amont. Ça fait un peu mal au cœur car on se dit qu’avec un petit peu plus d’organisation et de discipline de la part de la population, les tâches de ce type pourraient être moins ingrates à réaliser.

 

Après cet aparté : nous avons visité la mosquée Jama, la plus grande d’Inde. Elle ne fait pas pour autant concurrence aux magnifiques mosquées iraniennes. Elle est complètement ouverte avec au centre un grand bassin pour le lavage des mains et des pieds pour la prière. Construite en pierres rouges, elle nous fait découvrir un nouveau style un peu stéréotypé que l’on retrouve sur les images que l’on voit souvent de l’Inde. Autour, beaucoup de vendeurs de nourriture de rue et d’habitats précaires comme nous dirions en France. On a pris des photos de l’extérieur du Fort rouge puis direction la tombe d'Humayun par le métro. Erreur ou découverte touristique  que de prendre le métro à l’heure de pointe?

 

DSC02226.JPG

La tombe d'Humayun (oui, un petit air de Taj Mahal)

 

Rappelez-vous, le nombre d’indiens est assez important et la densité à Delhi l’est aussi. Et bien pas de bol, à cette heure là, à priori comme tous les jours, beaucoup de locaux avaient décidé comme nous de prendre le métro. Il nous faut déjà une demi heure pour prendre les tickets car il est nécessaire quand nous ne possédons pas de carte magnétique de prendre un ticket au guichet à chaque trajet. Les queues sont longues et les « grugeurs » nombreux. Les petits malins tentent de passer devant tout le monde « discrètement » pour attendre le moins possible, c’est le but. Par chance certains perdent patience comme nous et font la police pour leur rappeler la règle indiquée sur les vitres des guichets : « attendre son tour ». Après ça, il faut passer les portiques de « sécurité » pour accéder aux quais (l’Inde aime à installer des portiques de sécurité sans la moindre utilité un peu partout, ces derniers sonnent sans arrêts ce qui n’interpelle personne). Deux files d’attente : une pour les hommes et une pour les femmes. On découvre alors que tous les hommes qui achetaient les billets sont finalement beaucoup moins nombreux que les femmes qui prennent le métro. Il me faudra encore attendre 10 minutes pour atteindre le quai. Enfin bref, pour finir l’intérieur des voitures est bien évidemment bondé.

 

DSC02186.JPG

La rue aux heures de pointe

 

Le dernier jour passé à Delhi a été dédié aux emplettes pour le vélo. Nous avons passés de très bonnes soirées en compagnie de Géraldine et de Praveen qui ont eu la patience de répondre à toutes les questions que nous avions sur les traditions locales, toujours accompagné d’un bon repas pas trop « spicy ».

 

DSC02082.JPG

Au restaurant avec Praveen et Géraldine

 

Après de nouveau 6h de bus pour seulement 180 km, nous atteignons Agra, la ville du fameux Taj Mahal. Sur le long de la route, j’observe beaucoup car du temps on en a. Ici, nous pouvons rebaptiser les toilettes publiques (c'est-à-dire pour un français accessibles au public) en toilettes en public. Nombreux sont les adultes ou les enfants qui n’ont pas vraiment besoin de se mettre derrière un buisson pour faire leurs besoins mais utilisent les bords de route disponibles et qui permettent de voir l’animation des routes par la même occasion.

 

Le 11 octobre, nous nous sommes levés aux aurores pour découvrir le Taj Mahal au lever du soleil, bien évidement nous n’étions pas seuls. Très beau site, et malgré les photos que nous avions vu, le mausolée reste très impressionnant. Sans rentrer dans le détail, nous visitons ensuite le Fort d’Agra et obtenons des billets de train pour Jaipur, dernière étape du triangle d’or.

 

DSC02297.JPG

Le Taj Mahal vu de face

 

DSC02320.JPG

Le Taj Mahal de coté

 

DSC02394.JPG

Une pièce à l'intérieure du fort d'Agra

 

DSC02414.JPG

 

Une petite séance de skype au coucher du soleil devant le Taj

 

 Prendre le train en Inde :

 

Cela signifie qu’il faut pour acheter le billet, parler au bon guichet après avoir fait la queue à deux autres guichets. C’est découvrir à la première heure du matin, que la gare est un dortoir géant plus ou moins confortable selon la place que tu as choisi pour la nuit. Contrairement à la France, les gares routières et ferroviaires sont plus sures que le reste de la ville la nuit et beaucoup d’indiens s’y installent après avoir étendu un tissu à même le sol (minimale mais sage précaution…). Un garde surveille les allers et venus jusqu’au lever du jour.  Il faut attendre que le train arrive car le retard est bien entendu de rigueur. Puis il faut trouver sa place à la frontale et attendre que le train démarre. Il se remplit petit à petit jusqu’à saturation,  c'est-à-dire  lorsque les gens sont obligés de s’asseoir à 4 ou 5 sur une banquette prévue pour 3 personnes, de s’installer dans les escaliers ou à genoux sur des barres en hauteurs au dessus des sièges, mais cette dernière place reste réservée aux équilibristes pied nus. Après, ne surtout jamais se lever pour une quelconque raison. Même quand plusieurs personnes te disent de descendre car tu es arrivé à ta destination, il faut toujours essayer de se le faire confirmer  car nous nous sommes retrouvés sur un quai 7km avant celui souhaité, piégés par notre excès de confiance à ce moment là (une erreur de débutant). Nous avons quand même atteint le vieux Jaipur mais avec l’aide d’un Ricksaw.

 

DSC02419.JPG

La gare à 4h45 du mat

 

DSC02422.JPG

Les sacs à "patates" sont confortables même pour les chiens

 

Jaipur, notre première ville du Rajasthan, le style est différent avec ses remparts et ses bâtiments de couleur rosée. On enchaine les visites entre le city palace (logement de l’ancienne famille royale), le Hawa Mahal (bâtiment à la façade impressionnante), le Jantar Mantar (siège d’observation astronomique), le fort d’Amber et au passage le Jal Mahal (palais au milieu d’un lac). Le fort d’Amber est vraiment très joli et sort son épingle du jeu sur les décorations intérieures par rapport aux forts vus précédemment dans les autres villes.

 

DSC02462.JPG

 

DSC02501.JPG

La cour centrale du City Palace

 

 

DSC02549.JPG

La façade du Hawa Mahal

 

 

DSC02575.JPG

Une des portes intérieure du fort d'Amber

 

DSC02585.JPG

 

DSC02603.JPG

Le fort d'Amber dans son ensemble (quelques km à coté de Jaipur)

 

Nous traversons quelques rues de bazar toujours sympathiques et animées et passons la tête aux portes de plusieurs temples hindous. Les longues siestes sont aussi de rigueur avec cette chaleur et la fatigue que l’on accumule dans les transports.

 

DSC02611.JPG

 Notre boucle se terminant, nous reprenons la direction de Bahal où le tandem nous attend.

 

L’inde reste un pays de contraste où les situations improbables se suivent mais ne se ressemblent pas. L’exemple que j’ai en tête est simple : les gens qui roulent à contre sens gênent tout le monde mais n’interpellent personne.  « Incredible India » comme dirait la brochure que tu peux lire dans certains consulat lorsque tu attends pour faire ton visa…

 

Pour vous aider à comprendre le parcours de nos prochaines semaines, je vais vous donner les grandes lignes. Nous allons visiter la région du Rajasthan à l’ouest du pays qui est réputé pour ses forts et son désert (le désert du Thar qui ne ressemble pas au Sahara). Nous souhaitons descendre de Udaipur vers Bombay puis visiter la région du Kerala au Sud ouest du pays pour finir si notre rythme nous le permet par la région du Tamil Nadu et Chennai. Nous programmons de prendre l’avion direction Bangkok, en Thailande.



02/11/2014
9 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 124 autres membres